La salle du Yard évoque une cuisine de cottage anglais, rustique et sans objet inutile.

Yard, tout le raffinement britannique

Restaurants - 20 avr. 16

Dans cette petite rue perpendiculaire au boulevard de Ménilmontant qui longe le Père Lachaise, un quartier qui commence à émerger, les bâtiments d’un ou deux étages, récemment repeints, évoquent certaines rues londoniennes. Ce restaurant, ancien atelier de ferronnerie, au look très british – et pour cause – et à la carte très originale et très tentante, m’a immédiatement intriguée. Mais il fallait réserver et y consacrer la soirée pour goûter à l’inventivité du londonien Nye Smith.

La première impression, c’est l’atmosphère de cottage britannique qui règne dans ce lieu aussi chaleureux que l’accueil qui vous y est réservé par des jeunes femmes en tablier bleu indigo.
Vous entrez dans la cuisine, en fait. Le piano est au fond de la salle et tout y est cuit, grillé en direct.

Hormis la tarte au citron et la ganache au chocolat, qui figurent tous les jours, ou presque, parmi les desserts, la carte change tous les jours. C’est formidable, on est toujours surpris ! Même le menu de midi, à 18 euros, change et permet de goûter des plats originaux.

Ce soir-là, nous sommes venus à quatre. En entrée, deux parmi nous ont choisi une salade de maquereau, qui en a régalé l’un et déçu l’autre, la trouvant un peu sèche.
La grande tartine de crabe araignée, parsemée de radis et de fèves, en revanche, s’est révélée une entrée en matière absolument très fraîche.
J’ai adoré, pour ma part, les asperges vertes grillées, exhalant un parfum unique, parsemées de noisettes et emballées dans une couche très fine de “lardo”, du lard blanc de Toscane. Voilà une préparation qui n’est pas tombée dans l’assiette d’une ingrate !

La barbue grillée au fenouil avec un beurre de tourteau était aussi cuite à la perfection et nos trois ris de veau grillés accompagnés d’artichauts violets et d’ail des ours nous ont conquis. Une seule réserve : les artichauts dominaient le parfum des quelques feuilles d’ail des ours ajoutées. Moi qui aime beaucoup l’ail des ours, j’ai malheureusement trouvé qu’il n’apportait rien, dommage. Mais le plaisir était globalement immense.

Quant aux desserts, ils sont plutôt simples, de type familial. Ainsi la tarte au citron, non meringuée, était tiède et plutôt légère avec une pâte sablée très fine. Et ma crème au lait Ribot et à la rhubarbe, elle est légère et termine parfaitement ce délicieux dîner.

Le tout, arrosé d’un beaujolais villages, est revenu à moins de 50 euros par personne. Comptez de 9 à 10 euros pour les entrées, 21 à 23 euros pour les plats (pourtant luxueux) et de 6 à 7 euros pour les desserts. Imbattables pour une telle qualité.

Bref, il ne reste qu’à reproduire l’expérience et à goûter les autres créations de Nye Smith.
Je ne laisserai plus mes compatriotes dire de sarcasmes sur la gastronomie britannique !

Notez que Yard fait partie des recommandations du Guide Michelin.

Le yard est l’étalon anglais officiel de mesure de longueur. Il est divisible en 3 pieds ou en 36 pouces. Par ailleurs, un mille se compose de 1 760 yards.
En 1959, il fut défini par rapport au système métrique : 1 yard = 0,9144 mètre, avec 1 square yard = 0,83612736 mètre carré.
Il reste utilisé pour les usages courants, comme la vente au détail, l’arpentage, la signalisation routière, dans la conversation et, en particulier, dans certains sports comme le football américain, le football canadien et le golf. “The whole nine yards” désigne le chargement standard d’un camion de terre, sable ou gravier de neuf verges cubes.

Yard
Page Facebook
6, rue de Mont-Louis
75011 Paris
(Métro Philippe-Auguste)
Tél. : 01 40 09 70 30
Du lundi au vendredi de midi à 14h30 et de 20 heures à 22h30
Mercredi, jeudi et vendredi : tapas et bar à vins de 18 heures à minuit

Les briques du petit bâtiment d’un étage sont repeintes en blanc, les huisseries en noir, comme souvent dans Londres. Dès les beaux jours, on peut manger sur le trottoir.
Emballées dans une tranche de lardo, des asperges vertes grillées à point, tout comme le sont les ris de veau et la barbue.

Publier un commentaire