Gigot de sept heures

Préparation : 30 min Cuisson : 7 heures

Pour 8 à 10 personnes

  • Gigot raccourci bien charnu : 3 kilos (ou 2 gigots)
  • Carottes : 2
  • Huile d’olive : 10 centilitres
  • Ail : 1 tête
  • Bouquet garni : laurier, thym, clous de girofle, persil
  • Cognac : 10 centilitres
  • Concentré de tomate : 2 cuillerées à soupe (ou 500 grammes de tomates pelées)
  • Bouillon : 1 tablette avec 50 centilitres d’eau
  • Poivre du moulin Une cocotte ovale ou un grand plat à four

Côtes-de-Bourg

C’est la tradition, on cuit un gigot pour Pâques. Celui-ci , “de sept heures” confit tranquillement au four pendant sept heures, sans précipitation de dernière minute. Certains gigots de sept heures cuisent dans une cocotte fermée, d’autres à découvert comme ici.
À vous de choisir.

  1. Faites préchauffer votre four à 150°.

  2. Faites revenir le gigot sur toutes ses faces avec un peu d’huile dans une cocotte. Retirez-le.

  3. Faites blondir les carottes coupées en rondelles. Enlevez-les.

  4. Replacez le gigot dans la cocotte, ajoutez les carottes, la tête d’ail non épluchée, le cognac, les tomates, le bouillon. Poivrez. Le bouillon suffit à saler la préparation.

  5. Mettez au four à 120°. Laissez cuire pendant sept heures.

  6. Arrosez régulièrement avec du bouillon et retournez le gigot environ 5 ou 6 fois.

  7. En fin de cuisson, retirez la tête d’ail et pressez les gousses ainsi confites pour faire sortir la pulpe. Mélangez-la au jus de cuisson.

  8. Servez accompagné de mojhettes, d’une purée de céleri ou d’une purée de panais, avec un vin bien charpenté.

“Vous pouvez faire cuire le gigot, par exemple, quatre heures la veille au soir, puis programmer votre four pour le lendemain dès potron-minet pour une cuisson de trois heures. N’oubliez pas de vous lever, tout de même, pour arroser et retourner la viande.”

“Après sept heures de cuisson lente, le gigot devient fondant au point de se détacher à la simple cuiller.”

Vous avez aimé cette recette…

vous adorerez le navarin printanier

ou l’agneau confit au romarin et aux olives noires

ou encore le ragoût de mouton aux mojhettes

1 commentaires

DIONNET 04 avr. 17

Recette facile à réaliser et délicieuse. il faut seulement ne pas oublier de l’arroser et éventuellement ajouter du bouillon. J’avais demandé à mon boucher de dégraisser la viande, ce qui a eu pour effet de donner moins de jus de cuisson.

Publier un commentaire