Un œuf parfait plongé dans un velouté de topinambours avec des lamelles de jambon Serrano.

Les Canailles de Ménilmontant

Restaurants - 02 mars 18

Bis repetita… Après le IXe arrondissement de Paris, rue La Bruyère, Les Canailles ont ouvert une seconde adresse à Ménilmontant, en lieu et place de La Boulangerie. Il fallait bien le savoir-faire de ces Canailles pour reprendre le flambeau et animer ce coin peu connu des non-résidents du XXe. Pari tenu.

La citation de Montesquieu semble avoir été inventée pour illustrer les murs de ces Canailles, bistro dédié à la bonne chère et aux mets savoureux qui évoquent les saveurs d’antan : Il y a trois choses importantes dans la vie : la première est de manger ; les deux autres, je ne les ai pas encore trouvées.

Le décor respecte la tradition bistrotière parisienne avec un sol en belle mosaïque bleue (restée de La Boulangerie), des tables en bois satiné et des clins d’œil au vieux Ménilmontant de Trenet et de Maurice Chevalier accrochés au mur. L’ambiance est chaleureuse et Emmanuel Chaignon, maître d’hôtel formé dans les palaces, ne dédaigne pas à lier conversation, ce qui ne l’empêche pas de veiller au rythme du service grâce à une équipe très efficace.

La cuisine selon Sébastien Guillo doit répondre à deux impératifs : à chaque saison sa spécialité et elle doit être simple mais raffinée, traditionnelle et savoureuse…

Nous sommes début mars, à la lisière de l’hiver, encore la saison de son fameux carpaccio de langue de bœuf tiède, sauce gribiche.
Pourtant, nous avons opté pour son non moins savoureux velouté de topinambours, œuf parfait et jambon Serrano et sa remarquable terrine de gibier maison au cognac, assez maigre et raisonnablement corsée.

Le poisson du marché était un dos de cabillaud poêlé posé sur des cubes de légumes de saison, poêlés eux aussi : carottes, topinambours, choux-Bruxelles. Cuit à point, le poisson restait moelleux et goûteux, tandis que les légumes, encore à peine croquants, livraient encore tous les parfums.
Le délicieux beurre blanc à la ciboulette apportait une touche gourmande.

En dessert, le baba gorgé de rhum et son aérienne chantilly au citron vert sont des incontournables de la maison. Qui peut y résister ? Amateurs, ne passez pas à côté, c’est celui-là qu’il vous faut !

La carte des “vignerons récoltants” ne vous assomme pas et notre côtes-du-rhône ensoleillé nous a enchantés.

Habitants du XXe arrondissement et d’ailleurs, c’est ici qu’il faut venir vous encanailler.
Sans oublier les premières Canailles Pigalle.

Les Canailles Ménilmontant

15, rue des Panoyaux
75020 Paris
(Métro Ménilmontant ou Père Lachaise)

• Tél. : 01 43 58 45 45

• Fermé samedi et dimanche

• Formule déjeuner : 17 euros
Menus-carte : 28 et 35 euros

Ce dos de cabillaud coiffe des légumes d’hiver poêlés sur un beurre blanc à la ciboulette.
Un vrai baba, bien arrosé de rhum, servi avec une belle chantilly aux zestes de citron vert.

Publier un commentaire