Poitrine de veau à la plancha, jus aux épices. Une viande savoureuse cuite à la perfection.

L’Ébauchoir, un sans-faute pointé !

Restaurants - 02 déc. 19

**En face de l’hôpital Saint-Antoine, ce bistro est une adresse sûre du XIIe arrondissement de Paris. Avec son sol pavé et son mobilier authentique en bois, son décor remplit déjà sa mission bistrottière. Surtout, on y sert les classiques du registre, issus de producteurs irréprochables, cuisinés avec une réjouissante créativité qui respecte les saisons. Vous vous ne y tromperez pas.

En plein faubourg Saint-Antoine, quartier historique des menuisiers et ébénistes de Paris, L’Ébauchoir marque bien l’histoire de son territoire : en effet, un ébauchoir est un outil de menuisier, en fer et en forme de tarière, servant à ébaucher les mortaises. Il qui permet d’ébaucher un trou que l’on finit avec d’autres outils. Il sert aussi au sculpteur. Et c’est enfin un grand peigne pour ébaucher le chanvre. Les non-manuels auront peut-être appris quelque chose.

C’est le bistro où passer une délicieuse et gourmande soirée entre amis. La salle est simplement aménagée, mais sans fausse note et sans musique, quel repos ! Quoique, bien sûr, le brouhaha des clients raisonne, et quoi de plus normal ? Situé dans une petite rue piétonne, à deux pas du célèbre marché d’Aligre, l’Ébauchoir accueille les habitués du quartier et du marché, et de tous ceux, comme nous, qui ont eu la chance d’y avoir été entraînés par des amis.

La formule de midi à 14 ou 26 euros (26 euros le samedi) attire les salariés du quartier, mais le soir, les prix grimpent sérieusement entre 40 à 50 euros selon le vin, ce qui n’empêche pas la salle d’être pleine à craquer. La qualité des produits et le traitement qui leur est réservé justifient largement l’addition, alors…

Produits de saison irrésistibles

Comme d’habitude, nous avons préféré commencer par partager une entrée : une remarquable assiette de chorizo bellota, très généreusement servie.
Il m’est arrivé de continuer par un plat classé dans les entrées, un joli tataki de veau, admirablement présenté, mais lorsque je suis revenue, j’ai dégusté une poitrine de veau à la plancha, jus aux épices, formidablement cuite, ni trop ni trop peu. Des produits de saison et de première qualité.
Le merlu sauvage, asperges blanches, grenailles fumées et bouillon d’herbes, très appétissant, a beaucoup plu à l’un de mes compagnons.
Impossible de départager les plats : c’est un sans-faute !

Quant aux desserts, réservez-vous une petite place, car ils sont tous à la fois à fondre de plaisir et copieux (mais vous ne laisserez pas votre part au chat). Seule la pavlova avec des fraises bio d’Anjou et de la chantilly à la menthe peut sembler “light”.
Mais le gâteau de riz grand-mère, classique de L’Ébauchoir, et le pot de crème à la vanille de Madagascar (à ne manquer sous aucun prétexte !) méritent, à eux seuls, de réserver un dîner dans ce bistro qui a su trouver le ton juste.

• L’Ébauchoir
43- 45, rue de Cîteaux
75012 Paris
(Métro Reuilly-Diderot, Faidherbe-Chaligny, Charonne)

• Tél. : 01 43 42 49 31

• Le lundi de 20 à 23 heures
Du mardi au jeudi de midi à 14h30 et de 20 à 23 heures
Vendredi et samedi de midi à 14h30 et de 19h30 à 23 heures

 

Merlu sauvage, asperges blanches, grenailles fumées et bouillon d’herbes. Là aussi, tout est dans la cuisson.
La salle est très simple, un véritable bistro comme autrefois, sans fioritures, dans lequel on se sent vraiment bien.

Publier un commentaire